Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
J'habite la terre

La pollution de l'air intérieur

 

 


Nous passons 70 à 90 % de notre temps (voire plus pour certaines populations sensibles comme les jeunes enfants et les personnes âgées) à l’intérieur de locaux divers (locaux d’habitation, de travail ou destinés à recevoir le public) et de moyens de transport, où nous sommes exposés à divers polluants, principalement par inhalation. Si notre logement ou notre lieu de travail est mal ventilé les polluants s’accumulent.


poluant airCes polluants peuvent avoir des effets sur notre santé : allergie, irritation des voies respiratoires, maux de tête voire intoxication.

A la différence de la pollution de l’air extérieur, plus médiatisée et faisant l’objet de réglementations, celle de l’air intérieur est restée relativement méconnue jusqu’à présent.

 


Il existe plusieurs formes de pollution constatées dans nos logements ou bureaux:

*
 Chimique : C.O.V. comme les formaldéhydes, le benzène, le styrène etc.
*
 Biologique : les allergènes d’animaux, les acariens, les végétaux, les moisissures etc.
*
 Physique : le radon, le rayonnement gamma (champs électro magnétiques) etc.

D’autres facteurs interviennent sur la qualité de l’air comme la température, l’hygrométrie ou la teneur en CO2.

Cette situation est sérieusement prise en compte par les pouvoirs publics. De nombreuses études sont en cours ayant pour objectif d’éliminer ou réduire l’effet sur la santé des pollutions intérieures.


Une étude portant sur 567 logements en 2006 menée par L’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur (OQAI) faisait ainsi le constat suivant : « 22% des logements du parc dépassent les niveaux de concentration de formaldéhydes  recommandés par les instances européennes qui est de 30 µg /m 3 ».


Le formaldéhyde est très présent autour de nous : mobilier, bois aggloméré, résines, colles, textiles et certains isolants, etc.


Le formaldéhyde est un composé volatil très irritant pour la peau, le nez, la gorge, les yeux, c'est un allergène. Il est classé comme cancérigène par le CIRC - Centre International de Recherche sur le Cancer.


Autre sujet d’actualité :
 les solvants organiques dans les peintures.

Une directive européenne applicable au 1 janvier 2010 impose une réduction radicale des solvants organiques. La peinture est constituée notamment de solvants, de pigments et de liants (résines).


Les peintures avec
 solvants organiques présentent plusieurs inconvénients :
- émission de
 C.O.V. (risque pour la santé des utilisateurs) ;
- et pour information, elles présentent des risques d’explosion et d’incendie.

Parmi les solvants organiques, on distingue :
• les solvants pétroliers (essences spéciales, xylène, toluène, white-spirit, etc.) ;
• les solvants chlorés (trichloréthylène, etc.) ;
• les solvants oxygénés (acétone, alcools, etc.) ;
• les solvants d’origine végétale (la térébenthine par exemple).

 

air_pur.jpgLes solvants organiques exposent l’homme à des risques d’irritation, d’allergies, de brûlures et d’intoxications.
La toxicité des peintures est surtout liée pour certaines à la présence de fortes quantités de solvants organiques, responsables notamment de dermatoses et de toxicité hépatorénale (extrait du site de l’ADEME).

 


Il faut cependant noter que les solvants organiques sont volatiles et sont fortement réduits 3 ou 4 jours après mise en peinture si la pièce en travaux est parfaitement ventilée.

 

Nos 12 recommandations :


Identifiez les sources de polluants dans vos logements ou bureaux.

Attention aux choix de matériaux de construction (taux de C.O.V. ou présence de formaldéhydes).

Aérez vos locaux même en pleine ville (l’air extérieur est moins pollué) au moins 2 fois 10 minutes par jour en particulier les chambres d’enfants ou de personnes allergiques.

N’entravez pas les systèmes d’aération et nettoyez régulièrement vos bouches d’entrée d’air

- Faites vérifier vos appareils de combustion (chaudière, cuisinière etc.) par un professionnel avant chaque hiver.

- Préférez une hotte à sortie directe vers l’extérieur malgré la perte de calories

- Donnez la préférence aux produits d’entretien à base de substances d’origine végétale sinon ventiler vos locaux après nettoyage. Attention : beaucoup de produits d’entretien issus de la chimie sont des polluants redoutables une fois rejetés à l’égout.

Utilisez un aspirateur avec filtre à particules fines HEPA afin de ne pas rejeter les poussières les plus fines dans l’air.

Ne stockez pas de produits volatiles type COV (solvants, colles, liquides à base d’hydrocarbures, etc.) à proximité d’une chambre d’enfant ou de femme enceinte.

- Lors de travaux intérieurs, ventilez les locaux.

- Si vous faites des travaux d’isolation, réduisez les ponts thermiques sources demoisissures et attention à la manipulation des laines minérales anciennes : portez des masques.

- Il existe des matériaux dépolluants et des peintures à fonction très efficaces

 

 

 


 

Partager cette page

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :